[EVENT] Secret Santa | Libre



 
[EVENT] Secret Santa | Libre
Amai Gakuen  :: Amai Gakuen :: Bâtiment de l'université :: Cour et gymnase
Page 1 sur 5
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
Motohata Noriba
PNJ
Nombre de messages : 16
Nombre de messages RP : 1
Date d'inscription : 29/07/2014
Mar 11 Déc 2018 - 17:17
Secret Santa
Grand RP de Noël

Les premiers convives pénètrent déjà le grand portail d'Amai, tous accueillis par le Directeur en personne. Les moues impatientes ou stressées se rendent sagement jusqu'à l'immense gymnase, entièrement réaménagé pour l'occasion. La cour bordant l'établissement est elle aussi parée d'illuminations, affublée de coins fumeurs et de décorations de Noël, et parmi elles, trône un sapin tout spécialement décoré par les étudiants. A l'intérieur du gymnase, l'ambiance est festive. Un opulent buffet accapare le centre de la salle, volant presque la vedette à toutes ces guirlandes multicolores et les invités affluent déjà en nombre, badge à la poitrine, enthousiasmés par la musique chaleureuse qui les accueille. Des sourires timides, des coups d’œil à la volée, des mains hésitantes posées sur l'emballage du présent choisi pour cet inconnu, par un inconnu... La soirée peut commencer.


Résultats du tirage au sort


Hana Hideyo & Loveday Trevithick

Anju Mishima & Jared Kaneko

Lise Dubos-Mesnil & Viktor M. Kostov

Yûko Ahiko & Declan Deevy

Logan Rothschild & Bastian Doyle

Juliet M. Strandberg & Kyôi Yamaguchi

Précisions :: Les personnages portent bien évidemment un badge avec leur nom et prénom, pour ainsi être reconnus par leur secret santa attitré - et vice versa. Pas de RP privé, tout se passera sur ce topic ; ainsi, vous pourrez sans contraintes interagir avec les autres. Merci, enfin, de privilégier les réponses courtes (max. 450 mots) pour que les réponses s'enchaînent assez rapidement. Il n'y a pas d'ordre prédéfini, donc soyez à l'affût et surtout : amusez-vous !

Voir le profil de l'utilisateur http://www.amai-gakuen.org
Bastian Doyle
Modérateur
Bisounours péféré :3
Nombre de messages : 391
Nombre de messages RP : 129
Date d'inscription : 15/02/2017
Localisation : Appartement à Koyane
Mar 11 Déc 2018 - 22:23
Secret Santa
La soirée s'était éternisée hier, même que je me suis couché aux petites heures. En plus, il y a le party à l'université. C'est supposé être des vacances, pas courir de gauche à droite et être soucieux. Mais bon, aujourd'hui je dois me changer, m'habiller chic pour cet événement même s'il y aura beaucoup de jeunes. J'avais fait quelques courses pour mes amis proches en arrêtant pour moi; quelques toxedos, toutefois celui-ci étant mon préféré. Mauve foncé avec les touches noires, comment résister. Seulement la chemise est blanche, hésitant pour une cravate ou un nœud papillon, j'opte pour le deuxième choix. Laissant le tout sur le lit, je vais tailler ma barbe juste les côtés, abandonnant les poils d'une journée. J'aurais dû passer chez le coiffeur, mes cheveux sont trop longs pour les placer vers le haut; je vais dépasser le vingt heures à jouer avec le gel pour les fixer vers le derrière. Soupirant en m'habillant, j'appelle le taxi et attrape le cadeau.

Faisant la révérence au directeur, je me dirige ensuite vers le gymnase pour voir toutes les décorations. Ne sachant même plus où donner de la tête, je vois deux jeunes filles qui demandent mon nom en souriant.

-Doyle, Bastian.

Prenant le badge – comme si Logan n'allait pas me reconnaître -, je l'attache à ma veste et entre dans le gym. C'est ma deuxième année ici et je suis aussi surpris que l'autre fois. Quand ils font quelque chose, c'est jamais petit! Bref, je marche un peu en espérant trouver un visage familier, mais rien ne me vient. Plusieurs regards se tournent vers moi; j'ai un truc sur la face? J'ai juste le cadeau pour celui dont j'ai pigé dans les mains, en me demandant s'il va l'apprécier. J'ai quand même passé quelques heures dessus, en plus de l'avoir peint de sa couleur préférée. Une moyenne boîte où on peut ouvrir le couvercle, y trouvant plusieurs séparations remplies de poches de thé. Je sais qu'il n'aime pas le café alors qu'il prend souvent des tisanes. Tout est en bois que j'ai coupé dans mes temps perdus – aussi avant cette date. Je l'ai soigneusement emballé dans un papier rouge avec des flocons, avec un chou décoratif.

On me sort de mes pensées quand quelqu'un met sa main sur mon épaule, me faisant tourner le dos.


Codage par Libella sur Graphiorum


Pour voir le beau Bastian dans toute sa splendeur *sors*
Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Hana Hideyo
membre
Nombre de messages : 656
Nombre de messages RP : 129
Date d'inscription : 29/07/2017
Localisation : sur son balcon à Koyane ou dans le jardin botanique
Mar 11 Déc 2018 - 22:56
Cette soirée je m’y suis inscrite avant de savoir que Jared y allait. J’avais envie de me montrer un peu plus moi, Hana femme, et non Mademoiselle Hideyo enseignante en littérature et japonais, au sein de l’université. Même si la soirée d’hier était magique, j’angoisse tout de même. On ne s’est jamais montré en public au cœur de l’école. Je suis mal à l’aise. Il reste un élève. J’ai l’impression de faire tout à l’envers. Je m’interroge beaucoup. Couper tout contact avec mes parents est-ce vraiment si bon pour moi ? Ne suis-je pas en train de dériver dans des sentiers malsains ?
Jared ou Bastian me diraient sûrement que non. Yumi se moquerait gentiment. Mais comment ne pas me poser tant de questions ?

Pour masquer mes angoisses et peurs, j’ai passé un temps fou à me préparer. Cette robe je l’ai choisi parce qu’elle masque mes jambes et n’est pas décolletée. Je jette un jolie petit châle crème sur mes épaules et chausse des escarpins d’une finesse égalant la dentelle de cette robe. Monter sur ces échasses me donne l’impression de maîtriser un peu plus la situation, et d’être à hauteur des adultes. Oui ça parait bête certainement. Mais j’ai conscience que bon nombre de ces étudiants plus jeunes que moi a dix milles fois plus d’aisance que moi en société.

Le taxi me dépose un peu en avance, je prends mon badge et dépose mon cadeau dans un casier mis à disposition pour ne pas l’abîmer. Je ne connais pas encore l’étudiante à qui je dois l’offrir mais j’espère vite faire sa connaissance.
Sirotant une coupe dans mon coin, j’aperçois alors le Beau Gosse de l’infirmerie qui me tient de meilleur ami. J’avoue que dans cette tenue, il y aurait bien de quoi craquer pour lui. Mais il va surtout être un soutien pour que je ne panique pas quand Jared fera son appareil. Parce que côté Beau Gosse et craquage, ça risque de faire fondre littéralement mon cœur.

Bastian ne m’a pas vu alors je m’approche en douceur et pose la main sur son épaule.

- Bonsoir Bastian, Joyeux Noel ! Tu es superbe ! comme toujours !


Robe de Hana:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Yûko Ahiko
Administrateur

Nombre de messages : 360
Nombre de messages RP : 64
Date d'inscription : 13/01/2016
Localisation : Un endroit remplit de cookies
Mer 12 Déc 2018 - 12:04
Excité comme une puce, je me regarde dans le miroir de la salle de bain. Une célébration de Noel, en voila une bonne idée ! L'occasion de rencontrer de nouvelles personnes, d'en retrouver d'autres. Enfin se sera surtout des rencontres pour moi, en commençant déjà par la personne à qui je dois offrir un cadeau.
J'aime bien cette idée, offrir un cadeau à quelqu'un tiré au sort. Pour une personne un peu seule comme moi c'est l'occasion de connaître des gens, et cette idée m’enchante ! Enfin en soit, venir ici a déjà été une grande avancée pour moi, entre Logan, Mia et Anju, je n'ai jamais sympathisé avec autant de monde.
Enfin je crois que Logan me fais la gueule... mais j'irai pas lui poser la question merci.

Je secoue la tête, quelques mèches de cheveux s'échappant sur mon visage, le chatouillant, et me reconcentre sur mon objectif, attacher mes cheveux en une couette haute. Une fois le résultat vérifié et satisfaisant, retour à la chambre pour finir de me préparer. J'enfile un pull marron avec des touches de dorée pour un coté festif, par dessus une chemise jaune assortie, qui se vois un peu en dessous. Ajouté à ça un short noir et des chaussettes puis bottes montantes, dans les même tons. Je passe une écharpe autour de mon cou pour me protéger du froid, l'attachant joliment. Pour une fois pas de doute sur le fait que je sois un garçon, mais la tenue reste vraiment mignonne.

Satisfait du résultat final, je récupère mon sac, posé dans un coin du lit, et vérifie rapidement que tout est bien présent dedans. Mon téléphone, une bouteille d'eau au cas ou, des mouchoirs, quelques babioles divers, une petite lettre et surtout deux paquets de papier doré avec des motifs de cadeaux. Le premier est pour Anju, qui est normalement présente à la soirée, et le seconds pour un certains Declan, la personne qui m'a été désigné pour le secret santa. J'espère que le cadeau lui plaira. Je ne le connais pas... sûrement l'ai je déjà croisé quelque par, mais son nom ne me dit rien.

Un coup d’œil à l'heure me décide à partir, il ne faut pas que je soit en retard. Je n'ai pas envie de faire attendre l'autre étudiant, ni de me faire remarquer en arrivant dernier... Le sac fermé, je le pose sur mon épaule et sort de la chambre direction la salle.

En entrant dans la pièce, je suis une fois de plus impressionné par la beauté des lieux, ils font les choses en grand ici. C'est vraiment magnifique.
Je me fais appeler sur le coté et souris timidement à l'étudiante qui me demande comment je me nomme. La réponse est rapide mais timide.

-Yuko Ahiko


Elle me me souris et me donne un badge avec mon nom, que j'accroche à mon pull, puis j'entre dans la salle. Plus qu'à chercher le fameux Declan et profiter de cette soirée.

Sa tenue:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet M. Strandberg
membre

Nombre de messages : 17
Nombre de messages RP : 8
Date d'inscription : 04/08/2017
Localisation : Sur mon piédestal o/
Mer 12 Déc 2018 - 20:38
Laisse la nuit
trembler
« La petite robe noire » est le nom du parfum qu'elle porte pour l'occasion, un délicieux mélange floral rehaussé par des notes de fond plus épicées, une odeur légère et envoûtante marquant sa peau infiniment douce, subtilement mise en valeur par le tout dernier gel douche à la mode : un produit délicatement agrémenté de quelques paillettes dorées. Un dernier coup d'oeil à son miroir, afin d'ajuster, avec une minutie attendrissante, le pan de sa robe pull rose poudrée, assemblement de mailles venant ravir chacune de ses jolies courbes. Sans la moindre vulgarité. Un regard distrait à son collier en argent, fruit d'une lubie récente ; et la demoiselle fait claquer le talon de ses cuissardes noires, imposant à son parquet le rythme de ses foulées assurées.

Elle s'arrête devant le portail, adresse une salutation emplie de condescendance aux pauvres pions venus l'accueillir et avance droit devant elle, ses yeux déjà posés sur la silhouette féminine se dressant de l'autre côté d'une large table. Tout en rejetant en arrière, dans un geste parfaitement calculé, son opulente cascade de cheveux clairs, la journaliste toise avec dédain son interlocutrice, la jugeant sans vergogne.

« Voici votre badge, mademoiselle Strandberg. »
« J'ai failli attendre. »

Juliet se saisit de son badge, le sourcil haussé, la moue dubitative. Elle la trouve moche. Un instant, elle se demande par quel miracle a-t-on pu laisser à cette dame le privilège d'accueillir les invités, avec un visage aussi vilain que le sien. Pour sûr qu'elle en ferait fuir certains. Pauvre, pauuuvre fille... Levant ses yeux au ciel, consternée par un tel faciès, la jeune femme se détourne et pénètre dans la salle, berceau de ces festivités. Ses prunelles, auréolées de longs cils finement maquillés, scrutent ce fabuleux gymnase, déjà peuplé de bien des convives : elle repère cette femme, avec cette robe affreusement terne, ce jeune homme qui l'accompagne et, intransigeante, juge la couleur de son costume, atterrée, puis fait volte-face, davantage attirée par les victuailles présentées sur le buffet. En voilà enfin, des choses délicates – à part elle, bien évidemment. Son précieux et coûteux cadeau sous le bras, voilà qu'elle observe placidement l'entrée de la grande salle, se languissant de la présence de cet inconnu ; impatiente de le rencontrer.

Pando
Voir le profil de l'utilisateur
Kyōi Yamaguchi
membre
Ieyasu Tokugawa - Ikémen Sengoku Toki wo Kakeru koi
Nombre de messages : 21
Nombre de messages RP : 14
Date d'inscription : 10/09/2018
Jeu 13 Déc 2018 - 4:15

ft.  Des gens, trop de gens.

Kyky porte un costume cravate sobre avec une touche de fraîcheur.

SOMETIMES I THINK I JUST SHOULD'VE SAID A BIG NO.

Agacé.
C'est non sans un air très peu ravis que je suis sortit de la berline noire. Je m'apprête à m'éloigner de celle-ci quand le bruit caractéristique de la vitre électrique me fait me retourner. Mes prunelles ternes, éteintes comme l'est l'éclat timide de l'amazonite, se posent sur le paquet d'une chaude couleur bordeaux. Sur celui-ci est posé un gros nœud, le paquet à de tout évidence été minutieux. Les petites boucles dorées semblent si irréelles qu'on serait tenté de se demander si ce n'est pas un mirage. Absorbé par la beauté du paquet je crains presque son contenu. L'Ane-san se contente de me sourire. Je lui fait confiance, elle a dû prendre cet objet hors de prix. Je m'attendais même pas à ce que cela soit aussi cher. Je salue le directeur avec respect et ma froide courtoisie habituelle.

« Bonsoir monsieur, puis-je vous demander qui vous êtes ?
- Yamaguchi Kyôi. »

L'air.
Alors que ma voix, glaciale, contraste énormément avec celui de mon interlocutrice, j'ai l'impression de l'avoir changée en statue de pierre. J'arque un sourcil. Vais-je devoir faire un scandale pour qu'elle réagisse ? C'est incroyable, on parle pourtant la même langue. *Kh...Kuso ttare...* Je clos les paupières faisant redescendre mon agacement, je savais que c'était une mauvaise idée. Et son prétexte nul là. J'aurais pas dû dire oui, sécuriser le lycée, non mais cette blague, comme s'ils n'avaient pas de personnel compétent, au pire y'a les flics, je sais pas moi ! Je pose ma main à plat sur la table, émettant un son caractéristique. Un petit cri et elle revient à elle en bafouillant. Et ouais, tout le monde chie pas des fleurs, désolé de te l'apprendre. Mes syllabes sont décousues, symbole de mon mécontentement alors que mon japonais roule sur ma langue avec cette froideur habituelle.

« Merci mademoiselle. »

Colère.
Aimable comme une tombe je clipse le badge au dessous de mon mouchoir jaune doré, celui dépassant de ma poche pour ajouter cette touche sophistiquée à ma tenue. Conseille de l'Ane-san chargée d'aller chercher le présent pour la demoiselle, a en juger par le billet que j'avais eu, c'était pas totalement un cadeau, mais allez, soyons sympa, je ne vais pas laisser ma colère juger un livre à sa couverture. J'observe les gens. Ah ce que je les aiment pas. Ah non je les connais pas. J'aime juste pas les gens en général. Tout le temps, quand j'ai affaire à eux, soit je me retrouve dans la merde, soit ils me font chier, soit ils me transforme en chevalier au service du peuple. Je ne saurais dire pourquoi, mais j'ai tout sauf envie de leur parler. Peut-être leur écraser le visage contre un mur pourrait être sympa. Je contourne les personnes présente, jetant un œil discret à leur badges.

Cible.
En ayant analysé la foule, j'ai préféré d'abord regarder les noms de ceux qui étaient plus ou moins groupés, histoire de ne pas aller vers la biche égarée qui semble ne pas vouloir se mêler au groupe, tant mieux. Et il semble au vu des noms que le fameux amas de personnes à côté ne sont pas du tout cette fameuse Juliet. Non, Bastian c'est bien loin de Juliet, croyez-moi !

Sophistiquée.
Y'a pas d'autre mot, une robe rose ressemblant à un pull en un peu plus long, de splendides cuissardes noires, perchée sur ses talons, je sais bien que j'ai dit qu'il ne fallait pas que je juge un livre à sa couverture, mais j'ai l'assurance que même sans lire son badge cette demoiselle se nomme Juliet. J'enfile mon sourire marketing, vous savez le sourire rassurant qui fait genre et que quatre-vingt pour-cent des femmes avalent. C'est celui-là. Parce que franchement, j'me fais violence pour pas tirer la gueule.

« Strandberg-san, si je ne m'abuse ?» Mon accent de souche purement nippone peine quelque peu avec son nom sans pour autant l’écorcher, dans un même temps je me courbe légèrement en avant. Je me redresse toujours avec mon sourire factice. « Je suppose que je vous ai fait attendre. Veuillez m'en excuser. »

Nul.
Cette soirée s'annonce pourrie sur vingt si elle prend une attitude aussi précieuse que sur le papier. Par pitié, faites que je sois un idiot et que ça simplement une mauvaise interprétation de ma part. Sinon j'demande à ce que l'on me tue sur le chant. Donnez-moi un sabre, que je pratique le seppuku !

Voir le profil de l'utilisateur
Jared Kaneko
membre

Nombre de messages : 76
Nombre de messages RP : 60
Date d'inscription : 12/05/2018
Localisation : Appart à Koyane
Jeu 13 Déc 2018 - 21:09
Secret Santa
Paressant sous la douche, je me demande encore comment faire pour ne pas croiser Hana. Dois-je l'éviter, rester proche d'elle ou juste ne pas y penser? Ça me fout les jetons de ne pas savoir quoi décider. La peur qu'il arrive une crise d'angoisse est toujours aux portes quand je ne suis pas là. Ça fera bientôt cinq mois qu'on est ensemble et on ne s'est jamais montrés en public – ou plutôt à l'école. Elle croit encore que je ne suis qu'un étudiant, mais je suis plus que ça, non? J'accepte le fait de ne pas se montrer à la fac, de toute façon on ne se croise jamais. Seulement, cette soirée sera difficile, car on n'a jamais été séparés plus de quelques jours. On s'envoie des messages textes, certes, j'ai envie de la prendre dans mes bras pour danser ce soir.

Si je restais une minute de plus sous l'eau, ma peau n'aurait pas aimé ça! Sans trouver de conclusion, je prends la serviette pour secouer mes cheveux, puis l'enroule à la taille. Soupirant, je mets tranquillement un pantalon noir chic avec une chemise blanche dans celui-ci. Pour finalement prendre la veste assez chaude rouge que soit dit en passant, je ne porte jamais. Je me sens bizarre, n'arrivant pas à déceler le mal au font de mon cœur. Toutefois, j'ai pas le temps de chercher, il est presque passer vingt heures et je n'ai pas envie d'appeler un taxi. Marcher est une trentaine de minutes, peut-être que ça me donnera le temps d'avoir la solution à mon problème. Prenant le petit cadeau, je pars en ruminant.

Forcément, mon visage devait être aussi rouge que ma veste lorsque je suis entré dans le bâtiment. Oubliant mon foulard, j'étais le seul à blâmer. Entrant dans le gymnase, il y a déjà des groupies qui viennent m'achaler avant que je ne prenne mon badge. J'entends mon nom qui fuse de partout et roule les yeux vers le haut.

-Ça va on se calme, il y aura une danse pour tout le monde ce soir!

En fait, je zyeutais la salle pour voir une personne en particulier. Je fige, l'air surpris, le souffle coupé avec cette beauté puis j'avance d'un pas. Non, malgré mon pincement de lèvres, je souris bêtement en voyant le bracelet que je lui ai offert hier. Rouge et gris argenté, avec un rubis en forme de cœur. Je n'ai que faire des petites idiotes qui me suivent, je sais qu'Hana m'aime. D'ailleurs, je recule d'un pas pour aller plus loin et essaye de découvrir qui est la mystérieuse Anju. Bastian est avec ma douce en ce moment, je n'ai rien à craidre.


Codage par Libella sur Graphiorum


Spoiler:
 
Voir le profil de l'utilisateur
Juliet M. Strandberg
membre

Nombre de messages : 17
Nombre de messages RP : 8
Date d'inscription : 04/08/2017
Localisation : Sur mon piédestal o/
Jeu 13 Déc 2018 - 21:49
Laisse la nuit
trembler
Elle le voit. Néanmoins, son attention se retrouve happée par les victuailles à profusion, somptueux mets érigés dans un buffet riche en couleurs et en saveurs. Juliet tend la main vers un toast préalablement tartiné d'une curieuse mixture et, goûtant ces parfums subtils, n'accorde que peu d'intérêt à ce jeune homme et à la chevelure blonde qu'il traîne alors jusqu'à elle. Son regard préfère errer, indifférent et versatile, sur les visages méconnus peuplant les lieux ; observatrice, elle aime deviner des clichés capturés sur le vif, des éclats de rire figés dans le temps, des angles de vue inédits ou bien étonnants et... Dieu, que l'atmosphère lui semble bruyante, tout à coup ! Une rumeur se soulève, pleine de voix fluettes et Juliet ne peut s'empêcher de fulminer après ce nom hélé avec une ferveur pathétique. Merde, c'est ce sac poubelle qui secoue ainsi les hormones des demoiselles ?

Sur le point d'éclater de rire, la jeune femme s’interrompt devant la silhouette imposante venue raccourcir son champ de vision. Le sourire aux lèvres, petit rictus ô combien sournois et carnassier, Juliet se moque en silence de sa manière d'être et d'agir. Si japonais dans sa gestuelle, si hypocrite, fade et morne, comme ces jours d'hiver recouvrant son pays natal d'une couche de silence : froid, vide, décoloré. Amusée pourtant, la journaliste penche la tête, laissant ses doux cheveux faire un pied de nez au vide, ses mèches claires et fines venant cascader docilement sur une de ses épaules.

« Yamaguchi, comme la famille de yakuzas ? C'est affligeant, tout de même, comme une bande de truands peut être une fierté nationale... il n'y a bien qu'au Japon que l'on voit une chose pareille. »

Elle hausse les épaules, comme si la conversation lui était d'une banalité à pleurer, et charge son indolence de couvrir ses propos d'un peu de frivolité.

« Il faudra que tu me dises, Monsieur, pourquoi tu viens participer à ces festivités si cela ne t'intéresse pas. Inutile de faire semblant avec moi : la base de mon métier, c'est un peu de déceler la vérité. Oh ! Tu veux goûter à ces toasts, au fait ? Je les trouve dé-li-cieux. »

Pando
Voir le profil de l'utilisateur
Anju Mishima
membre
Nombre de messages : 104
Nombre de messages RP : 68
Date d'inscription : 30/01/2016
Localisation : A droite après la 487e vache
Jeu 13 Déc 2018 - 22:00
Secret SantaEvent

♪ We wish you a merry Christmas ♪
Elle se souvenait, à présent, pourquoi elle avait hésité à se rendre à cette soirée. Alors qu’elle effaçait d’un geste rageur sa troisième tentative de pose de mascara, Anju maugréa contre elle-même et se jura intérieurement que jamais on ne l’y reprendrait. Elle fourra le petit nécessaire à maquillage tout neuf loin au fond de sa trousse de toilette et entreprit plutôt d’arranger sa coiffure. Deux barrettes ornées de fleurs bleues, assorties à la jupe évasée qui cachait ses genoux égratignés par son échappée en forêt du week-end dernier, vint écarter de son front une mèche un peu trop aventureuse. Du plat des mains, elle défroissa sa blouse blanche froncée, vérifia le centrage de son large col carré et remonta légèrement les manches bouffantes, de peur que l’élastique ne serre un peu trop ses bras et n’y laisse des marques. Enfin satisfaite de son apparence, elle alla s’asseoir sur son lit pour enfiler ses chaussures, de petites ballerines noires réhaussées de rubans de tulle blanc à lacer autour de la cheville. La minute s’après, sa minaudière suspendue à l’épaule et ses cadeaux à la main, elle refermait derrière elle la porte de sa chambre.

Sa frustration passée, Anju devait reconnaître qu’au fond, elle avait envie de participer à cet évènement. Cela lui donnerait une occasion de voir du monde, au moins ce jeune homme que le sort lui avait attribué. Elle ne pouvait pas s’empêcher d’avoir une petite appréhension en pensant qu’elle allait devoir interagir avec un inconnu mais elle se répétait que ce ne pourrait jamais être pire que lors de la dernière soirée du genre – en fait, elle espérait même que ce serait tellement mieux qu’elle pourrait définitivement repousser le souvenir de ce goujat dans les limbes de sa mémoire.

Son cœur battait donc particulièrement fort quand elle passa les portes du gymnase. Les sens affûté par ce sursaut de stress, elle se tourna instinctivement vers le point le plus bruyant de la salle, tout près d’elle : un rassemblement de filles surexcitées autour d’un étudiant qui les surplombait toutes de plus d’une tête. Anju était décidée à ignorer cette démonstration de vénération quand son regard accrocha le badge accroché à la poitrine du jeune homme. Elle avait trouvé son Santa secret…

Elle pouvait encore s’enfuir. Poser un lapin, ce n’était pas très élégant, mais quand le choix se limitait entre ça et s’interposer entre des fangirls et l’objet de leur vénération, la question méritait d’être posée. Mais encore une fois, ses principes gagnèrent. S’efforçant de cacher son exaspération et son anxiété, elle entra dans le champ de vision de son partenaire.

- Bonsoir, souffla-t-elle timidement en se glissant entre deux damoiselles au bord de la pâmoison.
© 2981 12289 0
Voir le profil de l'utilisateur
Bastian Doyle
Modérateur
Bisounours péféré :3
Nombre de messages : 391
Nombre de messages RP : 129
Date d'inscription : 15/02/2017
Localisation : Appartement à Koyane
Ven 14 Déc 2018 - 19:07
Secret Santa
Je me retourne quand c'est Hana qui est là, avec son sourire d'ange et sa bonne humeur. L'envie me prend de la faire tourner sur elle-même avec sa jolie robe, mais puisqu'ils se fréquentent depuis plusieurs mois, je m’abstiens. Déjà que je suis le seul – je crois? - à tout savoir sur eux-deux, je n'ai pas intérêt à faire exploser le couple. Mon amie confirme le doute que j'avais il y a quelques secondes, c'est seulement l'accoutrement que j'ai choisi qui fait tourner les têtes. Et elle, je ne sais pas quoi dire sauf fermer ma bouche qui était ouverte depuis trop longtemps. Je suis gêné, rougissant légèrement et d'une voix mielleuse, j'arbore mon sourire après.

-Bonsoir miss, et que dire de toi je suis sans mot! Joyeux Noël!

Quelque chose a changé en elle, plus choyée? Je ne saurais dire, peut-être que c'est ses parents, ou Jared. Portant ma main à son poignet, je fixe son bracelet. Hana n'oserait jamais mettre une telle couleur, et encore moins un rubis en cœur. Je la regarde avec un sourire idiot en passant mon pouce sur le bijou.

-C'est nouveau ce bracelet, tu sais que c'est un vrai diamant? Ce ne serait pas un cadeau de quelqu'un?

Lui faisant un clin d’œil, je lâche sa main et parlant du loup, il entre comme si de rien n'était avec toutes ces filles qui se jettent sur lui. Riant cyniquement, je ne crois pas qu'elles soient au courant. Je regarde Hana, qui ne va pas s'évanouir – du moins je ne pense pas.

-Donnez-vous un peu de temps. Si tu veux un conseil, ne le laisse pas partir, il t'aime de tout son cœur.

J'observe la salle et mes yeux s'arrête sur Logan.

-Je dois te laisser, on se reparle plus tard.

Je donne un bisou sur la joue d'Hana et marche en direction de mon ami, étrangement celui que j'ai pigé.


Codage par Libella sur Graphiorum
Voir le profil de l'utilisateur
Declan Deevy
membre
Nombre de messages : 18
Nombre de messages RP : 6
Date d'inscription : 31/07/2018
Ven 14 Déc 2018 - 19:15


Secret Santa

avec pas mal de monde apparemment !

Quand Declan avait lu les réponses de la personne à qui il allait devoir faire un cadeau, il s'était tout de suite imaginé une fille. Les choses sucrées, les beaux vêtements, les robes… Une pianiste en plus, ce qui révélait une certaine dextérité et sensibilité. Une fille douce et fragile peut-être même. Il avait hâte de la voir, la charmer peut-être même, mais préférait éviter de briser un petit coeur pour le soir de fêtes où ils se croiseraient.


Bon, maintenant j'ai plus qu'à trouver un cadeau...

Et le voilà le problème, trouver un cadeau. Il était assez rare qu'il offre quelque chose en dehors de sa mère ou son petit frère, alors trouver un cadeau pour une fille... Bon c'était tout de même plus simple que pour un garçon, c'était déjà ça. Il ne se voyait pas aller dans un magasin de vêtement de filles, alors il piocherait dans le reste.


-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Declan arriva en même temps que pas mal de monde, arriver en avance très peu pour lui. Poireauter dans une salle vide et attendre comme un piquet que ça se remplisse, et puis quoi encore ? Ainsi donc, il entra dans la cour qui était illuminé de partout. Cela lui rappelait un peu la folie US pendant les fêtes de Noël et lui fit esquisser un sourire nostalgique. Il passa devant le sapin, s’arrêtant quelques secondes pour en faire une photo et l’envoyer à son petit frère, en profitant pour lui faire remarquer qu’il était plus beau que celui de ce dernier. Il rangea alors son téléphone et se dirigea vers l’intérieur du gymnase, et en profita pour récupérer son badge au passage.


Konbanwa* ! Declan Deevy, s’il vous plaît.

Il laissa la personne épingler le badge à sa veste de costume, puis entra dans le gymnase. Arborant une chemise blanche, une veste et un pantalon noire, et ses chaussures noires également, il tenait son paquet cadeau argenté dans l’une de ses mains, prenant soin de ne pas trop le mouvementer. Il balaya la salle du regard en cherchant un certain badge en particulier, mais il préféra s’installer près du buffet, des sucreries et pâtisseries plus précisément, endroit stratégique pour croiser la personne qu’il cherchait.

*Konbawa = bonsoir en japonais

Voir le profil de l'utilisateur
Hana Hideyo
membre
Nombre de messages : 656
Nombre de messages RP : 129
Date d'inscription : 29/07/2017
Localisation : sur son balcon à Koyane ou dans le jardin botanique
Ven 14 Déc 2018 - 19:55
Aller vers Bastian, c’était me donner un repère une assurance. Perdu !
Rien ne lui échappe, et il a tout de suite compris pour le bracelet. Je suis rouge pivoine avec un grand sourire qui me barre le visage. Pas besoin de répondre à ami, c’est superflu et je ne suis pas sûre d’y arriver sans glousser comme une ado. Je pose ma main sur mon ventre et de l’autre masque mon bracelet. Enfin non, je n’ai pas vraiment l’intention de le masquer, mais le caresser, le sentir à moi, comme Jared. Rien que de penser à lui, mon ventre papillonne à foison.

Les paroles suivantes de Bast m’intriguent. « un peu de temps », je ne suis pas sûre que Jared supporte d’attendre plus longtemps. Mais je commence sérieusement à croire que, moi-même, je ne peux plus attendre non plus. Même si ça me terrorise, dans les bras de Jared je sais que je ne risque rien.
Moi aussi je l’aime de tout mon cœur. Il n’y a qu’à voir comment il s’emballe quand l’objet de mon désir apparait dans la salle. Cette veste rouge lui va… à tomber par terre. Toutes ces groupies en pamoison, par contre… Je serre les poings ! Le savoir est une chose, mais le voir me rend folle de rage. Jared n’est pas à ses midinettes !

J’oscille sur mes talons. La tête me tourne. Entre colère et amour immense, le flot d’émotion est difficile à gérer. J’essaie de répondre à mon ami. J’ai tant de doutes et d’interrogations. Mais Bast est un homme. Il est sûrement loin de tout ça.
D’ailleurs je n’ai pas le temps de répondre, Bastian me quitte pour rejoindre le mec le moins compréhensible du monde. Je fusille un peu Logan du regard. C’est purement gratuit. Ça ne me ressemble pas. Mais j’ai vraiment été peinée du silence radio de Bastian, et quand j’ai su pourquoi, enfin surtout pour qui, ça m’a rendu encore plus triste. Bon, d’accord je n’aurai pas non plus laissé ce mec dans la merde. Mais je n’aime pas savoir Bastian si proche de lui. Jalousie ? Peut-être… Je n’en sais rien. Je ne me pose pas la question. C’est le jour de Noël et mon attention est vite canalisée par une seule et unique personne.  

Mon regard sur Jared me brûle autant qu’il me pique de larmes menaçantes. Je n’arrive pas du tout à canaliser mon amour et mon désir pour lui c’est de pire en pire. Et nous retrouver en public, me complique la vie. Mais en public sur mon lieu de travail, c'est pire que tout.

J’ai appris peu à peu, à accepter le contact, ses gestes protecteurs, ses enlacements amoureux doux et possessifs quand on se promène dans la ville. Mais on ne s’est jamais croisés dans l’université. J’ai, comme d’habitude, mes vieux démons qui traînent leurs guêtres : la peur du qu’en dira-t-on face à la « bienséance » d’une relation amoureuse entre une enseignante et un étudiant. Même si nous sommes majeures et adultes. Même si dans ma tête et mon cœur nos 7 ans d’écarts sont plutôt inversés, vu mon niveau de gestion de mes émotions ! Même si l’amour ne devrait pas avoir de frontières. Je suis mal à l’aise. Partage entre l’envie de me jeter à son cou et l’embrasser, et celle de rester dans mon coin et ne pas bouger d’un pouce, histoire de ne faire qu’aucun impair. Mon coeur suffoque.

J'observe en essayant de garder mon masque d'enseignante froide. Pour la première fois de ma vie, il m'est impossible d'être sûre de l'expression que j'affiche au sein de mes pairs. J'aime trop Jared pour paraître indifférente.

Une petite se fraye un chemin parmis les groupies et lui parle. Toujours à être attentionné avec tout le monde Jared se focalise sur elle. Un pincement au cœur. Mais je me raisonne, je ne veux pas ressembler à ces femmes jalousent de tout. Il doit s’agir d’Anju, sa « santa secret ».

Je frotte mon bracelet pour me rappeler l’évidence. Cet homme m’aime autant que je l’aime. Je souris comme une bienheureuse, me dirige vers le buffet pour essayer de reprendre le dessus sur la pagaille émotionnelle qui m’envahit et choisie une coupe de champagne.
Voir le profil de l'utilisateur
Logan Rothschild
- Grand Manitou -

Nombre de messages : 2772
Nombre de messages RP : 513
Date d'inscription : 29/08/2014
Localisation : Chez ta maman.
Sam 15 Déc 2018 - 19:19
Dix-huit heures. L'esprit encore embué par un brouillard de torpeur, le corps alangui par la léthargie, je fuis la lueur faiblarde que renvoie la maigre lampe de chevet en me cachant sous l’épaisse et chaleureuse couverture bordeaux. Râlant contre le monde entier, je grogne et maugrée contre cette soirée festive me privant d'heures de paresse bien méritées. Je suis pourtant conscient que je m'y suis inscrit de plein gré, mais je n'avais pas prévu de tomber d'emblée sur Bastian... et même si c'est un bon ami, passer la soirée avec quelqu'un que je prévoyais déjà de voir à cette période retire le principal intérêt du « secret Santa ». Soit, ça ne m'empêchera pas d'assister à cette fête, quand bien même j'y vais en traînant le pas.

Quittant donc la chaleur de mon bien aimé lit, je me résous à me lever, lent et apathique, pour me diriger vers la somptueuse salle de bain. Une douche tiède plus tard, je me balade à nouveau dans mon grand appart', quasiment à poil de surcroît, en écoutant distraitement Sky News depuis ma fabuleuse enceinte hors de prix – je suis pété de thunes, soyez pas jaloux. Je ne décrirai pas la vue à couper le souffle que m'octroie cette baie vitrée magnifique, ni même l'agréable sensation de baigner dans du superflu indécent, vous risqueriez de rager davantage ; mais, pour une fois, désireux d'afficher un peu l'aisance dans laquelle je vis, je me risque à porter un accoutrement foutrement cher – et je ne parle pas de mon boxer armani mais de ma tenue de ce soir, figurez-vous.

Pour la première fois depuis des années, mon torse se retrouve convenablement moulé dans une élégante chemise blanche aux manches retroussées, surmontées d'une veste de blazer bleu marine, dont les manches ont subi le même sort que celles de leurs collègues. Un pantalon noir, qui m'a sans doute coûté le bras d'un truand – heureusement que mon métier rapport bien, vient remplacer les habituels jeans que je porte dans ma vie quotidienne et, enfin, j'enfile mes rangers chéris, afin de casser ce style aux airs d'homme trop sage. Je prends le temps de coiffer ma tignasse, même en l'absence totale de peigne, et termine par un trait du parfum que je porte d'ordinaire. Après ça, je vais me vautrer sur le canapé et attends l'heure fatidique.

Quand je me réveille, bien sûr, je suis en retard. Mais je m'en fous. Avec la même lenteur et le même je-m'en-foutisme, je me redresse puis vais choper clés, portable et cadeau. Ensuite, je me rends à pied jusqu'à Amai – parce que je suis pété de thunes mais pas véhiculé, vous moquez pas.

Je revois le directeur, qui ne me reconnaît absolument pas, puis me dirige, les mains dans les poches, vers la gentille madame chargée de distribuer les badges. Voyant, d'ailleurs, que je ne bougerai pas mon cul pour l'enfiler moi-même – les mains dans les poches obligent –, c'est elle qui me le clipse au niveau de la poche de ma veste et je lui souris, comme un enfant tout fier d'avoir fait son caprice.

Enfin je rentre dans la pièce, après être passé par tout un florilège de décorations extraordinaires, et jette un regard à l'amas de gens qui se découvrent déjà, s'échangeant même leurs cadeaux. Lorsque je m'apprête à me détourner, je décèle l'imposante carrure de Bastian se détacher de la foule pour me rejoindre et, derrière lui, Ame et son regard noir semblent vouloir me fusiller sur place. Je ne comprends pas, mais ne relève pas. J'ai du mal à me souvenir d'elle ; ça fait des mois qu'on ne s'est pas adressé la parole.

Bien sûr, comme tout homme civilisé, j'ouvre la bouche pour saluer mon ami ; cependant, mon inspiration meurt aussitôt lorsque je remarque – enfin – son costume à tomber par terre, et sa nouvelle coupe... puis me sens de nouveau comme un clochard à côté de lui. Alors je me tasse un peu, détourne les yeux, presqu'intimidé, et lui bégaye bêtement :

Oh, s-salut. T'as changé de... coiffure. Ça te va bien. T'es très... très bien. C'est joli. Enfin, pas « joli », c'est, tu es... voilà. Physiquement intelligent.

Bien sûr, parce que « beau », ça t'aurait vraiment arraché la gueule de le dire, pas vrai ?


Voir le profil de l'utilisateur
Yûko Ahiko
Administrateur

Nombre de messages : 360
Nombre de messages RP : 64
Date d'inscription : 13/01/2016
Localisation : Un endroit remplit de cookies
Sam 15 Déc 2018 - 20:37
Mon regard fais le tour de la salle un moment, mais je ne vois personne que je connais dans cette pièce. Enfin personne que je connais vraiment. Je reconnais vaguement le médecin, quelques élèves que j'ai déjà croisés, mais pas de personnes à qui faire la discutions.

Un petit soupir m'échappe, j'espère que ce ne sera pas trop long pour trouver Declan, je n'ai pas envie de passer le soir de noël seul.

Mes pas me guident dans la pièce que je découvre avec étonnement et émerveillement. Tout est vraiment beau et somptueux, des décorations magnifique et un buffet époustouflant... un buffet ? En voilà une bonne idée ! J'ai trouver quoi faire en attendant de trouver mon secret santa ! Ma gourmandise n'est plus a prouver depuis longtemps.
D'une démarche sautillante et joyeuse je me dirige vers la grande table couverte de mets tous plus appétissant les uns que les autres. Tout me semble fabuleux et mon ventre grogne presque d'envie en voyant tout ça.

Mes yeux brillent une fois que je suis proche des plats pour prendre un petit four que je met rapidement dans ma bouche. Les saveurs éclatent dans ma bouche pendant que je retiens un gémissement de plaisir, ce serait embarrassant que quelqu'un entende ça. J’entends quelques éclats de voix au dessus du bruit ambiant depuis un moment, et curieux je me tourne vers sa source. J'ai fini par me trouver quelque chose à faire et ai donc partiellement pallié à ma panique de rester planter seul à rien faire, je peux donc concentrer mon attention sur autre chose pendant que je mange.

Je vois un groupe de groupie tourner autour d'un mec sûrement célèbre dans l'établissement, mais je ne le vois pas. Par contre je discerne vite la jeune femme qui tente de s'en approcher, souriant en reconnaissant Anju. Bon, déjà un bon point, je connais quelqu'un ici et je pourrais aller lui parler plus tard, surtout que je dois lui offrir son cadeau. Avec surprise je fini par voir Logan entrer, je ne m'attendais pas à le voir ici. Je glisse une main dans mon sac par réflexe, vérifiant que la lettre que je veux lui donner depuis un moment est bien là et cherchant du courage pour aller le voir. Mais rapidement il est rejoins par le médecin et tout mon courage s’envole. Je suis idiot, il y a sûrement bien d'autres personnes a qui il a plus envie de parler que moi ici...

Avec un soupir, je fais un pas en arrière et percute une personne dans ma manœuvre. Je me retourne vivement pour la regarder

- Ho ! Pardon ! Je ne vous avais pas vue !
Voir le profil de l'utilisateur
[EVENT] Secret Santa | Libre
Page 1 sur 5
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos partenaires
image_partosimage_partosimage_partosimage_partosimage_partosimage_partos