Des efforts... Pour ça ? [Libre]

Invité
Invité
Dim 23 Oct 2016 - 15:23
Hanako avait décidé d’essayer une nouvelle fois les efforts qu’elle pouvait faire. Ce coup ci elle visait grand. La plage… En fait elle voulait y aller car son père lui avait dit d’y faire un tour, il tenait absolument à ce qu’elle progresse, Hanako ne pouvait pas lui dire non après tout. De plus elle avait un maillot de bain au cas où. Un deux pièces de couleurs noir, classique quoi. M’enfin elle le mit, pour ensuite mettre un jean par dessus, un t-shirt et son pull. Elle prit des affaires dans son sac pour ne pas rentrer en maillot de bain. Une fois bien prête, elle décida de prendre la route.

Sur le chemin elle n’avait pas croiser la moindre connaissance, toujours le casque sur les oreilles, son sac à dos sur son dos, elle faisait très attention à ne pas être trop collée à qui que ce soit. Méfiance après tout. Les transports vinrent à la mener jusqu’à la plage, endroit où elle devait se rendre, dans le fond… Hanako avait peur, mais elle ne pouvait le montrer, ça de crainte à ce que quelqu’un essaie d’en profiter ! De ses pas lents elle progressa et se rendit peu à peu vers les cabines pour se changer, entrant dans une cabine, elle se mit des lors en maillot de bain, se recouvrant d’une serviette longue. C’était réellement gênant pour elle. A ses yeux, c’était un peu dur, mettant ses affaires dans son sac, elle sortit de la cabine. Écouteurs dans les oreilles et baladeur en main. Hanako fit ses pas sur l’étendu de sable devant elle. La sensation du sable sous ses pieds était amusante, c’était pour elle une première en réalité. Oui n’ayant jamais été à la plage Hanako en profita pour un peu pour faire un château de sable, certes seule mais elle le faisait tout de même. De plus elle avait choisis le bon lieu, un coin où il n’y avait presque personne, donc les probabilités qu’on vienne la déranger étaient fine. Observant l’heure sur son téléphone qu’elle avait sortie du sac, il devait être environ 14 heures. Elle s’étira légèrement, rangeant le téléphone. Non loin elle vit des rochers , prenant son sac elle s’y dirigea, se poser sur un rocher serait une bonne idée d’après elle, ce fut là qu’elle décida de s’installer, observant l’eau et les vaguues. C’était un peu apaisant, mais elle ne retira pas pour autant ses écouteurs et son baladeur.

Alors qu’une demie heure s’écoula, la demoiselle continuait de regarder les vagues écoutant sa musique, quand subitement, quelqu’un venait à lui tirer sa couverture, deux autres personnes l’attrapèrent et la jetèrent à l’eau sans qu’elle ne puisse réagir. Des rires se firent entendre, les coupables partirent en courant, la laissant dans l’eau et ayant aussi laissé ses affaires. Hanako elle, coula. Ne sachant pas nager elle chercha à se débattre, la panique. Et les voix arrivèrent rapidement, se débattant dans l’eau comme elle pouvait, Hanako avait besoin d’aide ! Peu à peu une vague arriva, le courant l’éloigna un peu plus des rochers, la demoiselle avait peur, si peur qu’elle s’épuisait avec ses gestes inutiles, puis… Quelques secondes après, sous l’eau… La peur de quitter se monde était présente, elle ne voulait pas quitter le monde ! Après tout ses efforts, dans sa tête ses pensées allèrent tout droit vers ceux qui avaient appris à la connaître !
Yumi Akami
Administratrice
avatar
Nombre de messages : 575
Nombre de messages RP : 50
Date d'inscription : 21/07/2015
Localisation : Vagabonde
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 23 Oct 2016 - 17:13
Le mirage de la plage

Un beau soleil, une chaleur agréable sur la peau, pourquoi ne pas se délecter un peu de cette belle journée. Yumi avait envie de te détendre et de profiter de ce temps radieux, marre de rester coincé entre les mur de Amai, à surveiller des élèves ( plus pour longtemps d'ailleurs hein Hayden), elle décida de s'évader. Quoi de plus agréable que d'aller à la plage. La charmante blonde avait signaler son absence pour ne pas devoir donner plus ample explications à l'administration elle avait juste laisser un peu mot à l'une de secrétaire. Elle s'habilla légèrement, un maillot deux pièces rouge scaillant son corps plus qu'alléchant le tout recouvert un robe légère et très fluide un peu transpirante, et chaussa des escarpins ouverts.

Direction la plage, elle avait pensé à prendre une serviette de bain noir et de la crème pour ne pas ressembler à une écrevisse. La poupée de porcelaine comme la surnommait Batou avait la peau assez claire et fragile. C'est lunette de soleil sur le nez, et cigarette à la main qu'elle pris le chemin de la plage, bien contente de sortir un peu. Oui elle s'était faite à ça nouvelle vie, mais se posait des question tout de même. Elle valait mieux que d'être une simple surveillante mais bon au moins elle avait pu rencontrer Monsieur le beau brun, lui qui lui avait permis d'ouvrir un peu ses ailes comme un papillon, qui lui avait permis de lâcher prise et surtout de ne peut toujours faire selon les règles, l'aidant un peu plus a casser les dictâtes et les conventions dont elle était prisonnière.

Même si elle avait beaucoup voyager, elle fut saisit par ce paysage. Cette petite plage au cœur d'une quartier traditionnel, d'où raisonnait une certaine plénitude, un apaisement. C'était charmant. Yumi enleva des chaussures qu'elle pris à la main, pour fouler le sable pied nus. Il était chaud, doux, les millions de petits grains se tassaient a chaque pas de la jeune femme pour y laisser son empreinte. Arrivé presque aux bord de l'eau, posa son sac et installa sa serviette. C'est sans complexe qu'elle enleva sa robe légère, oui Yumi n'avait pas un physique sur lequel on pouvait avoir des complexes et cela serait de mauvais fois si elle disait qu'elle en avait. Plutôt grande, élancée, mince, avec des forme plus que généreuse, oui effectivement aucun complexe à voir, les tortures de son esprits étaient ailleurs que pour sa plastique, c'était déjà ça. La belle aux cheveux couleur soleil n'appréciait pourtant pas avoir l'air de la pin-up écervelée de la plage, enfin le coté femme fatale ça va encore.

Allongée sur sa serviette à regarder ce qu'il se passait et profiter des rayons du soleil, elle décida d'aller se baigner pour se rafraîchir. Aux bords de l'eau elle se mouillait avec précaution la nuque, le ventre et sentait les yeux de passant rouler sur elle. Elle entra dans l'eau fraîche mais agréable, pour aller un peu nager au loin. Après un bon nombre des brasses, des cris étouffés et des signes apeuré attira son attention a quelques nages d'elle. Le soleil, lui avait-il trop cogner la tête car en regardant plus attentivement, elle n’aperçus personne. Elle décida tout de même de se rapproche.

A l'endroit où elle avait cru voir quelqu'un, il n'y avait personne. La belle nagea encore et sentie quelque chose les frotter le pied, elle détestait les algues et regarda pour s'en éloigner. Surprise, c'est la qu'elle vit sous l'eau une jeune femme qui semblait un peu inerte. Bon bah elle n'était pas sauveteuse mais bon il fallait faire quelque chose. Elle prit une grande inspiration et plongea …

Arrivée a hauteur de la jeune fille qui coulait plus vite qu'une pierre, elle l'attrapa par la main et essaya tant bien que mal à la remontée. C'était difficile, oui Yumi faisait un peu de sport mais tirer un poids presque mort, bah c'était épuisant heureusement que dans l'eau les choses sont moins lourdes.


*Aller Yumi tu peux le faire bordel, a quoi servira toute ses heures de sport sinon. Aller ma belle reste avec moi, accroche toi*

A la surface enfin, elle tenait l'inconnue pour ne pas qu'elle replonge mais c'est elle qui se perdait entre la surface et le sous l'eau. Demoiselle Akami jeta un œil en direction de la plage, elle s'était pas rendu compte qu'elle était si éloignée et le courant de l'eau ne jouaient pas en leur faveur, la remontée s'annonce compliqué. La blonde respira profondément .

- C'est partie ma jolie, calme-toi, je vais t'aider. On va y aller tranquillement fais moi confiance.

Elle passa un bras autour de la fille et essaie de remonter jusqu'à la plage, il fallait s'armer de patience, en espérance que la fille n'allait pas être prise d'une crise de panique qui ferait qu'elle se raccrocherait trop à Yumi l'attirant sous l'eau.







Invité
Invité
Mar 25 Oct 2016 - 10:53
Alors qu’elle était sous l’eau, qu’elle pensait que cela allait être ses derniers instants. Quelqu’un sembla l’avoir attrapé ! Hanako pensait que ce n’était qu’une illusion, elle était déjà prête à se laisser couler en ce disant que cela devait être mieux ainsi. Couler et disparaître, c’était plus pratique que de vivre en dérangeant tout le monde non ? Non… Une personne était là à essayer de la remonter, une fois revenue à la surface, la personne essaya de calmer Hanako, cette dernière n’arrivait pas à sortir de sa peur, bien qu’elle ne bougea pas. La phrase de la femme étant venue à sa rescousse résonna dans sa tête, y aller tranquillement. Lui faire confiance ? Mais qui était-elle ? Sur l’instant elle pensait ne pas avoir le choix, mais elle ne parvenait pas à faire confiance à qui que ce soit dans son état actuel. Hanako n’arrivait pas à se débattre, en fait elle ne se débattait pas. Ayant l’impression d’être aux prises avec la faucheuse, la demoiselle n’arrivait pas à bouger, elle essayait pourtant, mais rien… Même les larmes ne parvenaient réellement à sortir. La seule chose qu’elle parvenait à faire était de dire les mots suivants.

« Je...Je ne veux pas… Mourir… »

Cette phrase qu’elle répéta en boucle, n’arrivant réellement pas à dire autre chose. Ce n’était pas ça le pire, le pire était qu’en fait elle répondait aux voix qu’elle entendait. Ses voix qui lui murmurèrent que c’était la fin, qu’elle allait y passer ! Que jamais elles n’arriveraient à revenir sur la plage ! C’était… La… Fin ! Hé bien non, Hanako essaya à nouveau de bouger, essayant d’être utile pour sa survie à la femme qui l’aidait. Hors Hanako ne sachant pas nager tenta d’imiter le mouvement des bras de la personne ayant fait ce que d’autres n’auraient jamais fait… La sauver. Hanako vint à reprendre le silence, mais le brisa à nouveau.

« J’y… J’y arriverai… Pas... »

En étant convaincu, elle essayait tout de même, même si ses voix persistantes la torturait, là y avait plus important… Sa vie, mais les larmes arrivèrent aussi, la peur toujours présentes, Hanako tenta de faire face, elle se disait même que une voix hors de l’eau elle pourrait se planquer pour pleurer dans un coin. Dans ce genre de moment elle voulait s’isoler. Toujours. Pour elle c’était la meilleure des idées qu’elle avait, si jamais elle s’en sortait.

(J'ai eux un manque d'inspi désolé :/)
Yumi Akami
Administratrice
avatar
Nombre de messages : 575
Nombre de messages RP : 50
Date d'inscription : 21/07/2015
Localisation : Vagabonde
Voir le profil de l'utilisateur
Dim 30 Oct 2016 - 17:04
Les éléments reprendront le contrôle

Il y a des théories qui prédisent que tout ce que l'on fait subir à la terre, celle ci se vengera en déchaînant sa colère par les éléments, la terre, le feu, le vent et l'eau. Ce qui nous intéresse ici, c'est l'eau, entourée submergé, celle ci s'étendant a perte de vu. Où l'on retrouve notre belle Yumi et cette inconnu qui s'était perdue au milieu de cette étendue, tentant de la sauvé.

Comment était-elle arrivée la ? Aussi bien la jeune fille et notre charmante blonde. Oh elle le savait,  sa douce nature d'être toujours auprès de gens, sa gentillesse et son coté humain, la poussait parfois à se retrouver dans des situations délicates, complexes dont elle ne savait jamais si elle allait sortir indemne. Mais à ce moment la plus que jamais, est-ce l'action de trop qui aurait raison d'elle ? On lui avait toujours dit que son comportement allait courir à sa perte. Avaient-ils raison ? A vrai dire, la mort ne lui faisait pas vraiment peur, mais c'était plutôt le fait de savoir que c'était la fin sans disons avoir dit au revoir, sans avoir préparé son départ pour l'autre monde qui l'impactait, plus que le fait de mourir.

« Je...Je ne veux pas… Mourir… »

Oh oui j'espère que non, j'espère que vous allez arriver a rejoindre le bout de plage qui semblait pourtant si près et si loin en même. Yumi essayait de toute ses forces de tirer le corps de la demoiselle qui malgré ses efforts ne l'aidait pas vraiment, apparemment elle ne savait pas nager. Bon Miss Akami était bonne nageuse, elle passait des heures dans la piscine de la maison familial lorsqu'elle était plus jeune, mais bonne nageuse ne veut pas dire bonne sauveuse ni qu'elle était fait pour ça, buvant la tasse d'eau salé sous la pression du corps de la fillette.

« J’y… J’y arriverai… Pas... »

- Si, on va y *expire* arriver, écoute ma voix et raccroche ton esprit à elle, je ne te lâcherais pas.

La charmante blonde y mit tout son cœur, toute ses tripes, toute sa force, toute sa rage pour regagner la plage avec cette jeune inconnu quitte a elle y laisser sa peau. Elle commençait a sentir l'épuisement, et une crampe mais elle s'accrocha telle une battante, elle se sentait dans les cordes mais continuerais à se battre pour le prochain round. L'ambre était devenu pour sombre, plus enrager que jamais on aurait pu le croire venant ce bout de femme. Des images défilés dans sa tête au rythme des mouvements de ses bras, la jeunesse dorée de son adolescence qu'elle détestait, son père, Lui, Batou, la noirceur qu'avait pu prendre son âme. Et c'est dans ses pensées qu'elle arriva jusqu'à la plage où elle avait pied.

- S'il … s'il vous plaît, o-occupez vous de la petite maintenant ?

Une foule de gens s'approcha de la jeune inconnue et l'on prise en charge. Yumi quant à elle, elle avait rampé jusqu'à la plage où elle s'était affalée, épuisée de cette exercice périlleux, affaiblie ayant tout donné pour sauver cette mignonne fillette. La déesse gisait sur le sable. Ah que dirais le docteur s'il était la, qu'elle était folle sûrement comme d'habitude en faite et Batou que dirait-il, non ça serait pas le genre a dire mais j'aurais pu te perdre comment tu as pu faire ça, mais plutôt à la regarder de son air si propre à lui et blasé tout simplement. Elles y été arrivée …







Invité
Invité
Mar 21 Fév 2017 - 11:46
Le réveil sonna pour Askel, il était sept heures du matin. Bien qu’il n’avait pas de cours ce jour là, Askel s’était forcé à se lever tôt pour garder un bon rythme de vie. Et puis, l’avenir appartient à ceux qui se lève tôt. Et l’avenir … c’était bien là tout ce qu’il restait à Askel. Sans doute plus que quiconque, il ne voulait et ne pouvait pas vivre dans le passé. Son passé était bien trop sombre pour qu’il ne le laisse l’envahir. Bien qu’il ne l’oubliait pas, il ne le laissait pas non plus le dévorer. Il sortit donc de son lit, ne prenant pas le temps de le faire, puis alla directement à son bureau en prenant un bol et des céréales au passage pour avoir de quoi grignoter un peu. Il se replongea dans ses travaux. Il planchait en ce moment sur un script pour un court métrage dans le cadre de son projet d’études, mais depuis trois jours qu’il y travaillait presque jour et nuit, il n’avait pas avancé d’un pouce.

Il restait toujours bloqué au même passage. Après la scène du parking, c’était le trou noir, la page blanche. Pas moyen de trouver quoi que ce soit pour continuer et rejoindre le fil conducteur de son intrigue. Tant pis, il n’allait pas se torturer éternellement sur la même scène. Il décida donc, après avoir ainsi passé la matinée à tenter en vain d’avancer dans ses travaux, d’aller se promener afin de prendre l’air et de se ressourcer. Et il se rendit alors compte qu’il n’avait pas mis les pieds dehors depuis trois jours, à part pour se rendre en cours. Il passa donc rapidement à la douche, prenant soin de ne pas mouiller inutilement ses longs cheveux noirs aux reflets écarlates, puis enfila un bermuda noir et un débardeur blanc. Il mit des lunettes de soleil pour ne pas se brûler les yeux. Il soupira, légèrement agacé de devoir sans arrêt surprotéger ses yeux du soleil à cause de son albinisme, puis prit deux de ses nombreux lecteurs MP3, une paire d’écouteurs et sortit enfin de sa chambre universitaire pour profiter du soleil de la fin de l’été.

Il déambula ainsi dans les rues, ayant porté à sa bouche un brin d’herbe qu’il avait cueilli dans un parc un peu plus tôt, et observait la ville suivre son train train quotidien. Les nombreuses boutiques étaient ouvertes, les marchands exposaient fièrement leurs produits sur les étalages, les boutiques arboraient toutes des vitrines avec de gros écriteaux de soldes, dus à la fin de l’été qui s’approchait à grand pas. Askel regarda alors au loin et remarqua la plage. Il se dit alors que ce serait une bonne idée d’aller s’y promener. L’air marin le requinquerait sans doute et lui permettrait peut-être de reprendre son travail sur son script avec une inspiration nouvelle, qui sait. Il se dirigea donc vers la dite plage, mais alors qu’il s’en approchait, il remarqua au loin sur les rochers deux jeunes hommes qui poussèrent une gamine à l’eau. De loin, il remarqua qu’elle ne savait pas nager au vu de ses gestes affolés dans l’eau qui ne faisaient que la faire couler plus vite qu’autre chose, mais alors qu’il s’était élancé pour aller secourir la jeune fille en détresse, il remarqua que quelqu’un avait prit les devant et allait la sortir de l’eau. Pensant alors que l’affaire était entendue et que de toute manière, il n’arriverait pas à temps pour l’aider en quoi que ce soit, il reporta son attention sur les deux personnes qui avaient poussé la jeune fille à l’eau.

Il remarqua alors qu’ils en avaient profité pour lui dérober son sac à dos. Ni une ni deux, Askel passa la rambarde de sécurité pour atterrir un peu plus bas sur les rochers et leur barrer la route. Il se dressa alors du haut de ses deux mètres, profitant d’être à l’ombre des rochers pour retirer ses lunettes de soleil et dévoiler ses yeux rouges comme le sang. Bien que son albinisme soit un handicap, il avait par moments son utilité, comme par exemple dans ce moment précis, où il lui donnait un air menaçant et intimidant idéal pour effrayer deux idiots de voleurs à la tire. Il les toisa du regard, esquissant un sourire narquois en coin, puis leur dit de sa voix grave et puissante :

’’Ce sac n’est pas à vous, je crois. Alors vous allez gentiment me le donner et me suivre. Je n’aime pas les voleurs, et encore moins les meurtriers.
- M… meurtriers ? Qu’est-ce que tu racontes, le vampire ? On est pas des meurtriers … !’’ fit l’un des deux malfrats.
’’Vous avez bien faillit tuer cette pauvre jeune fille à qui vous avez tenté de dérober ce sac. Vous l’avez jetée à l’eau sans la moindre hésitation et elle a faillit se noyer par votre faute. Là d’où je viens, on appelle ça un homicide involontaire. Et c’est puni par la loi.
- Et tu viens d’où, d’un cercueil ? Dégage le vampire !
- Non, je viens de Scandinavie, le pays des Vikings. Et chez les Vikings, vous savez ce qu’on fait aux lâches ?’’


Alors qu’il leur adressait la parole, l’un des deux sortit un petit canif de sa poche, prêt à s’en servir. Ne leur laissant pas le temps de réagir, Askel décocha un coup de pied dans le flanc de son assaillant, lui comprimant le bras contre les côtes, puis asséna un coup de poing en plein visage de son compère. Il ramassa le sac à dos, puis défit le lacet qui était à la taille de son bermuda pour faire des liens de fortunes, puis il les conduisit vers la plage où les gens s’attroupaient autour de la jeune fille qui avait secourue de justesse, à en juger par les dires des témoins. Askel alla trouver le maître nageur pour lui confier les deux coupables afin qu’ils soient remis aux autorités, puis alla voir non pas la jeune fille en premier, mais sa sauveuse, qui était à l’écart de l’attroupement et qui semblait exténuée. Il s’approcha d’elle et se mit à genou à ses côtés.

’’Mademoiselle, vous allez bien ?’’
Invité
Invité
Dim 5 Mar 2017 - 23:07
La jeune femme et Hanako étaient toujours dans l’eau, alors qu’elle fut encouragée pour ne pas couler, elle tenta comme elle pouvait d’essayer de nager… Enfin pour essayer sa sauveuse, c’était tellement pas évident pour Hanako, elle qui ne savait réellement pas nager, qui avait l’habitude d’être enfermée devant un ordinateur, pourtant la petite faisait toujours des efforts ! Toujours. Et là elle lutta comme elle pouvait pour enfin faire de grands efforts, ne voulant pas mourir, mais encore moins emporter quelqu’un avec elle, la demoiselle faisait comme elle pouvait. Elle ne devait pas rester immobile et couler comme une pierre après tout, ni même bouger inutilement, essayant de faire de bon geste pour nager, afin de retourner vers le sable, Hanako était là, faisant de son possible, ne lâchant pas ! Telle une battante. Oui, elle ne devait pas abandonner. C’était ce qu’elle avait en tête sur l’instant, ne pas abandonner, ce qui mit sa peur de coté afin de pouvoir réussir à nager un minimum, même si elle sembla à ses yeux être une gène plus qu’autre choses pour la jeune femme qui l’aida.

Ce fut ainsi après quelques derniers efforts, la demoiselle fut ramenée sur le sable, la jeune femme l’ayant aidée sembla fort exténuée. Hanako n’en disait pas un mot alors que les gens semblèrent se précipiter autour d’elle pour voir si elle allait bien, mais ce n’était pas la meilleure des choses. Dans un court laps de temps notre Hanako commença à sentir la pression des gens autour, les voix qui augmentaient dans sa tête mêlées à celles des gens et des curieux, ce n’était pas le moment… Non vraiment pas ! Hanako sembla perdre connaissance, c’était le cas. Elle s’écroula sur le sol, sans un mot, juste trop de pression, ainsi que beaucoup de peur venant d’elle. Les gens autour semblèrent paniquer, cherchant même à comprendre ce qu’il pouvait s’être passé ! Mais ce qui était déjà bien sûr, c’était qu’elle était hors de danger, juste trop de peur et de pression, mais qui pouvait le deviner ? Qui pouvait le voir ? Qu’importe, Hanako dans cette situation ressemblait plus à la belle au bois dormant qu’à une noyée.


(Désolé de la maigreur. Je ferais mieux la prochaine fois !)
Yumi Akami
Administratrice
avatar
Nombre de messages : 575
Nombre de messages RP : 50
Date d'inscription : 21/07/2015
Localisation : Vagabonde
Voir le profil de l'utilisateur
Ven 26 Mai 2017 - 11:02
Trépasser, ce n’est pas pour moi

Le soleil, la mer, la plage quoi de plus exquis que cette douce chaleur qui réchauffe notre corps. Une caresse pour les rayons o combien nocif pour la peau ditons mais si appréciable et revigorante. Je ne suis pas celles qui sont toujours à la recherche du soleil tel un lézard mais lorsqu’il me frappe et pose ces doigts voluptés sur moi, je m’en délecte.

C’est comme si on rechargeait nos batteries. L’eau, pour moi le plus bel élément de cette terre. Si fougueux et imprévisible mais si doux et apaisant lorsque la mer pour prends dans ces bras. Je n’ai jamais eu peur de l’eau, j’aime quand celle-ci prends tout mon être, porte et lorsque je ne fais qu’un avec elle.

Mais aujourd’hui c’était différent, je ne nageais pas pour mon bon plaisir. Je m’étais jeter à l’eau pour sauver cette fillette qui je me demande bien pourquoi elle était à l’eau alors qu’elle ne savait pas nager. Peut-être a telle cru qu’elle pourrait sans sortir ? Mais les eaux sont capricieuses, ce n’est pas toi qui décide de dompter l’eau mais elle qui décide de te laisser vivre ou mourir, de coopérer ou de te jeter dans ces abîmes. Tel un animal, l’océan ressent ta peur et s’en nourrir pour que tu faute et que cela cause ta perte sans qu’elle ait besoin d’agir.

Pourquoi ais-je ce besoin irrépressible de sauver les gens ? Bon je veux bien accepter que lorsque c’est quelqu’un à qui je tiens mon cœur s’emballe et prendre le contrôle de être, comme pour ce très cher beau brun dans cette ruelle sordide ou j’ai commis l’irréparable. Je préfère ne pas y penser sinon je ne me relèverais pas de l’effort fourni pour aider la demoiselle mais laissant m’éteindre sur cette sable dans la douleur de l’effort pour me punir de mes actes. Alors que pourtant je ne l’ai rejette pas et je le referais cent fois, je choisirais cette voie.  Bref, je pense que mon dernier jour arrivera comme ça. EN aynt voulu un énième fois sauver quelqu’un mais cela ne sera pas aujourd’hui, pas cette fois.

Etendu comme une loque sur le sable, bah oui fallait le dire, respirant a pleins poumons, j’espérais que la fillette allait bien. Il m’étais difficile de l’apercevoir à travers la foule. Mais dans un mouvement je pu déceller qu’elle avait perdu connaissance, l’émotion surement … J’étais confiante pour elle, car tout le petit peuple s’acheminait pour la prendre en main. Quant à moi ? Non pas d’applaudissement pour l’exploit pas d’aide mais je n’en avait pas demander non plus. Est-ce qu’on aide la sauveteuse de Malibu dans son maillot de bain rouge ? Non, la victime avant tout. Les autres avant tout, toujours … Voilà pourquoi je vous dis qu’un je mourais pour quelqu’un.


’’Mademoiselle, vous allez bien ?’’

Le manque d’oxygène dans mes poumons et mes divagations, ne m’avais pas fait remarquer qu’un homme s’était approcher de moi, déesse du sable échouée. J’avais du mal a le distinguer, le soleil, l’asphyxie précaire. Il avait l’air grand, mice et sombre. Je me demandais presque pourquoi un individu comme lui s’était perdu dans les rayons du soleil.

- Je … Je … Et la fillette ?


[HS: Idem c'est un peu léger]







Contenu sponsorisé

Des efforts... Pour ça ? [Libre]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: