Une nuit parfaite pour... [Libre]

Invité
Invité
Ven 21 Avr 2017 - 0:52
La nuit était déjà tombée, dans son lit Hanako ne dormait pas, le regard fixé sur le plafond, son tourment ne faisait qu’empirer. Dans sa tête beaucoup de choses circulaient, son sentiment de peur était tel qu’elle ne savait plus où elle en était. Pour tout dire, pour elle les choses étaient de plus en plus dures. Des gens s’attachaient à elle pour partir ensuite ailleurs sans donner la moindre nouvelle. Cela la blessait. Dans ses mails, les gens voulaient toujours savoir où la rencontrer, ses problèmes, seulement son père les connaissaient autant qu’elle, certes il ne les vivait pas. Enfin… Hanako se redressa, décidant même de se vêtir pour prendre l’air, à la base elle aurait aimée ouvrir la fenêtre. Malheureusement elle n’était pas seule dans la chambre, quelle heure pouvait il être ? Un peu plus de minuit, il ne devait y avoir qu’elle d’éveillée dans le dortoir sûrement. D’un air triste, elle décida de prendre une feuille et un stylo, s’installant a son bureau en minimisant les bruits qu’elle aurait put faire. Hanako commença à écrire quelque chose sur une feuille, feuille qu’elle plia et vint mettre dans sa poche après avoir finit d’écrire. Fermant son ordinateur, elle tourna le regard vers la fenêtre, secouant légèrement sa tête pour par la suite venir y poser sa main, de manière à se tenir le visage. Souffrant en silence, la demoiselle prit une décision. Se levant, elle prit la direction vers la porte, tournant lentement la poignée pour sortir et fermer en évitant de faire le moindre bruit. Bien sûr elle avait mit ses chaussures, elle n’allait pas se balader comme ça à pied nue. La demoiselle était certes en pyjama, mais elle avait prit une veste aussi.

Commençant à avancer dans le couloir en direction des escaliers, notre douce Hanako n’était pas rassurée. Elle monta néanmoins les escaliers, sans dire le moindre mot, sans hurler ! Sans même s’écrouler. Mais ce qu’elle entendait été si dur qu’elle voulait essayer de calmer ça. Dans sa tête elle  n’avait pas d’idée à qui elle pouvait en parler, la jeune demoiselle avait réellement peur. Peur d’être rejetée, voir même manipuler. Sans regarder derrière elle, évitant de faire du bruit pour ne pas alerter qui que ce soit. Hanako progressa vers le toit, personne ne sembla être dans les couloirs, personne pour surveiller. C’était déjà ça de gagner pour elle, au moins… Elle pourrait essayer de se ressaisir seule, arrivant bientôt face à la porte menant au toit, c’était maintenant qu’elle devait faire attention. Peut être que la porte fera trop de bruit ? Réfléchissant, non… Y allant simplement, elle ouvrit la porte et avança pour refermer derrière elle. Le vent soufflant faisait voleter ses cheveux. Hanako avança, pas à pas, s’arrêtant un court instant. Ne sachant guère comment finir avec ses voix qui devenaient avec le temps… De plus en plus insupportable ! Hanako craqua, les larmes coulèrent le long de son visage, sans le moindre son. Un pas vers le bord. Elle avança petit à petit, se tenant la tête de ses deux mains pour ensuite se laisser tomber à genoux. C’était de plus en plus dur, son regard vers le sol, elle n’osa pas le redresser. De sa poche elle sortit sa lettre qu’elle posa au sol, ce servant de son téléphone pour éviter que la feuille ne s’envole. Se relevant, d’un air triste. Notre demoiselle prit une grande inspiration, elle se sentait prête à y aller. Oui, Hanako était prête à le faire, sa vie était trop dure pour elle. Ceux qui la connaissaient un minimum ne l’avait pas vraiment aidée. La preuve en est, elle est toujours seule depuis son arrivée à Amai. Fixant la grille faisant face pour éviter que les gens ne sautent dans le vide, elle… Commença des lors à essayer de l’escalader, ce fut arriver en haut de celle-ci, qu’elle s’arrêta, fixant le vide. Elle n’avait pas encore fait le pas pour se jeter dans le vide. Hanako voulait tant en finir. Levant le regard vers le ciel, la demoiselle allait sauter.


(Le contenu de la lettre :
Spoiler:
 
)
Invité
Invité
Lun 24 Avr 2017 - 17:42
Une nuit parfaite pour...
Ne gâche pas ta vie, s'il te plait...
J'avais sommeil, mais je n'arrivais pas à dormir, comme d'habitude. Je regardais mon téléphone pour voir quel heure il était ; 23:58. Bientôt minuit. Je fermais les yeux, m'isolant de tout bruits autour, pour pouvoir dormir, mais un bruit viens perturber mon sommeil, le bruit d'une porte qui se ferme. Je regardais vers le lit à côté de moi pour vérifier si ma colocataire avait entendue le bruit. Mais elle n'était plus là. Je commençais à paniquer. "Où est-elle ?" était la seule chose à laquelle je pouvait penser. Je m'armai d'un gilet, mes pantoufles et de mon téléphone en guise de lampe-torche. Je pris mon courage à deux mains et tournais la poignet de la porte pour l'ouvrir, puis, une fois dehors, je la refermais avec précaution, évitant de faire le moindre bruit.

Une fois dans le couloir, un grand froid régnait. Personne, pas un chat. Parfait pour une sortie nocturne à la recherche de sa colocataire disparut. Mais je me demandais pourquoi je faisait ça, c'est vrai, on ne se parlait pas tellement, elle et moi. Mais je ne pouvais m'empêcher de ressentir un brin d'inquiétude. C'est vrai que je ne la voyait pas toujours dans son assiette, en ce moment. Je n'ai jamais osé lui poser la question, de peur de la gêner.
Je commençais à monter les escaliers pour me diriger vers le toit. C'est le premier endroit qui me vint à l'esprit, bizarrement. Je n'y étais aller que de rares fois, pour profiter de l'air frais du soir avant d'essayer de m'endormir.
J'arrivais enfin devant la porte du toit. Je regardais par la vitre, essayant de voir si quelqu'un était là. Personne. Peut-être c'est-elle éloignée pour être tranquille. Je poussais délicatement la porte, marchais un peu, puis je vis un spectacle des plus... étonnant. Hanako avait escalader le grillage, prête à sauter.
Mon cœur rata un battement. Je ne savais pas qu'elle était déprimer à ce point !
Mon seul réflexe fut de lâcher mon téléphone pour courir vers elle. Je tirais son bras pour l'empêcher de sauter, nous faisant toutes les deux tomber au sol.

C'est pas un pavé, mais j'ai fait du mieux que je pouvais  
(c) sweet.lips
Invité
Invité
Lun 1 Mai 2017 - 21:06
Elle avait fermée les yeux, alors qu’elle était prête à plonger dans le vide, elle fut tirer en arrière, surprise du sens de la chute, ne sachant pas sur l’instant qui l’avait tirée, la demoiselle aux yeux brillant dû aux larmes prête à tomber… Hanako était en vie. Se redressant lentement, elle ne se releva pas pour autant. Restant assise, ne tournant pas sur le champ son regard vers l’autre jeune fille qui venait de la sauver. Oui, notre Hanako ne voulait pas être sauvée, pour elle le monde qui n’était pas fait pour elle… Devait continuer son évolution sans elle. Hanako était là à fixer le sol. Vivre… Pourquoi continuer de vivre ? Pourquoi avoir été sauver ?! Et les voix, quand cesseront-elles ? Pour elle sa vie n’était que pénible, elle était sans cesse harcelée par de troublante voix. Pouvait-elle dire qu’elle avait des amis ? Non, non et non ! Elle n’arrivait plus à supporter tout ça, pour elle c’était de la pression inutile, il fallait qu’elle en termine. Oui… Oui c’est ça ! En finir ! Par tout les moyens si il le faut. Mais… Avant tout elle devait s’assurer d’une chose, Hanako voulait absolument vérifier cette chose qui lui traversa l’esprit l’espace d’un court instant. C’était nécessaire.

« Pourquoi.. ? »

Oui, elle aurait put la laisser sauter après tout ! Alors pourquoi sauver une personne comme elle ? Il était clair qu’Hanako avait des problèmes, tout ceux l’ayant croisée devaient s’en douter ou le savoir. Alors qu’une larme lui coule le long de la joue, Hanako ne trouvait pas la force de redresser son visage, comme toujours… Les larmes étaient petit à petit plus nombreuses à couler, mais dans un silence qui pouvait paraître gênant. Hanako n’arrivait plus à tenir, elle tentait toujours de garder tout pour elle, éviter d’ébruiter ses soucis. Un petit sanglot se fit entendre, la douce Hanako prit de nouveau la parole, d’un ton bas et affecté par ses larmes.

« Pourquoi… Pourquoi je dois subir ça ?! Je… Tout ce que je veux… Je veux… Disparaître ! »

Disparaître était son désir, oui Hanako avait déjà abandonnée tout espoir de poursuivre sa vie ainsi. La fuite était l’option de facilité. Mais aux yeux de notre délicate demoiselle, c’était la meilleure solution. Après tout… Peu de gens verseraient des larmes pour l’oublier ensuite. C’était toujours comme ça. Toujours ? Non peut être pas, mais pour elle cela aurait été le cas. Hanako en était convaincu, mais tellement qu’elle était là larmoyante et désarmée. Toujours le regard rivé sur le sol, la demoiselle ne savait pas ce qu’elle pouvait faire encore. Les voix prenant le dessus dans sa tête, elle vint à se la tenir, les larmes coulant encore alors qu’on pouvait l’entendre murmurer et ceux d’une voix effrayée.

« Je… Je veux que… Que tout s’arrête ! Tout… Les voix… Les cris… Je ne veux plus les entendre... »

Hanako ne voulait plus entendre les voix qui l’appelaient, celle qui se riaient d’elle et qui la faisait souffrir. Les mêmes voix qui l’empêchaient toujours de progresser et d’aller de l’avant. La demoiselle n’en pouvait plus.
Invité
Invité
Sam 6 Mai 2017 - 2:06
Une nuit parfaite pour...
S'il te plait,
accepte mon aide...
Je me relevais lentement, faisant craquer mon dos. Je me demandais toujours pourquoi j'avais fait ça. Plusieurs pensées se bousculaient dans ma tête : "Pourquoi j'ai fait ça ? Je ne la connais à peine." "Si je ne l'avais pas sauver, que se serait-il passer ?" "Elle m'en veut de l'avoir empêcher de mettre fin à ses jours ?". Toutes ces pensées que je n'arrivait pas à empêcher d'immerger, tandis que je remarquais un téléphone avec un papier en dessous. C'était une lettre. Une lettre d'adieu. Tandis que je dirigeais ma mains vers celle-ci, Hanako se décida à enfin ouvrir la bouche.

« Pourquoi.. ? »

Quoi ?! Je... Quoi ?!

« Pourquoi… Pourquoi je dois subir ça ?! Je… Tout ce que je veux… Je veux… Disparaître ! »

C'était la phrase de trop. J'allais pleurer. Je ne sais pas ce qu'elle subit, mais je ressentais une compassion énorme envers elle. Je fondais en larme tandis que je continuait mon chemin vers la fameuse lettre. Je levais le téléphone et le mis sur le côté pour attraper le papier. L'écriture était jolie, même si ce n'était qu'un détail. Je m'apprêtais à lire la lettre quand mes sentiments prirent le dessus.
Mes pleurs. Ils était absolument incontrôlable. Je me recroquevillais sur moi-même, les mains sur mon visage, essayant désespérément de m'arrêter de pleurer. Mais je n'y arrivais pas et au fur et à mesure, j'en oubliais mon but principale, qui était de lire cette foutue lettre. J'aurais pu tout comprendre, mais mes sentiments ont pris le dessus.
Je me retrouvais avec les yeux rouges et gonflés, des larmes coulant encore sur mes joues.

Après avoir respirer un bon coup, je me mise à la recherche de mon téléphone adoré, égarer sur le sol après cette chute monumentale. Après plusieurs secondes de recherche, je mis tant bien que mal la main sur mon téléphone. La lampe était toujours activée. Parfait. Je sortais le bout de papier de ma poche, je le dépliait et pointait la lampe sur la première phrase.
Après une rapide lecture, je laissais tomber mon téléphone et le morceau de papier au sol. Je ne savais plus quoi faire. Elle pensait vraiment qu'on passerait outre sa mort ? C'est inadmissible. Mais même si je le voulais je ne pourrais pas lui faire de reproches. Ma voix tremblais trop pour pouvoir parler.

« Je… Je veux que… Que tout s’arrête ! Tout… Les voix… Les cris… Je ne veux plus les entendre... »

Je me rendais enfin compte que je ne prêtais même plus attention à Hanako, qui semblais souffrir de tout son être. Ma première pensée, me rapprocher d'elle pour lui faire un câlin. Je voulais savoir ce qu'il se passait, l'aider et la réconforter. Je ne voulais pas qu'elle souffre. Car je sentais que si nous avions appris à nous connaître, nous aurions pu être amies. Mais il n'est pas trop tard. Je veux vraiment l'aider, ou au moins la soutenir.
Je relevais son visage pour essuyer ses larmes.

"S'il te plait, dit moi ce qu'il se passe. Je ne sais pas vraiment pourquoi tu voulais te tuer, tu doit vraiment vivre quelque chose d'horrible. Je ne sais pas si j'arriverais à t'aider, mais je veux au moins te soutenir dans les moments difficiles. Après tout, je suis ta colocataire, je suis avec toi tout les jours. Et puis, j'ai lu ta lettre. Et je t'interdis de penser que personne ne te regretteras."

J'avais sortie tout ce que j'avais sur le cœur. J'était heureuse.
(c) sweet.lips
Invité
Invité
Lun 8 Mai 2017 - 20:48
Les larmes ne faisaient que couler, Hanako était au plus bas, mais elle n’avait plus la force de se relever pour en terminer. Il y avait aussi cette demoiselle, Amani. Pourquoi l’en avait-elle empêchée ? C’était une question qu’Hanako ne trouvait pas de réponse, mais… Si elle avait agit ainsi, peut être parce qu’il y avait une raison ? La vie était-elle si précieuse que cela ? C’était pour Hanako une question à laquelle la réponse devenait flou. Avant notre demoiselle se disait que la vie n’avait pas de valeur, mais en ayant été interrompu, le contraire c’était glissé légèrement dans sa tête. Hanako avait encore des larmes, n’arrivant pas à se calmer, alors qu’elle murmurait toujours le même mot. « Pourquoi ? » La chose la suivante était assez étrange aussi. Amani se mit aussi à verser des larmes, les raisons étaient pour Hanako inconnue, mais le savoir n’en changerait peut être pas grand-chose. Dans une telle situation, le mieux était de continuer à pleurer. En fait… C’était impossible pour notre jeune demoiselle de calmer ses larmes qui coulèrent et tombèrent au sol. Hanako n’arrivait plus à faire des phrases, toujours le même mot. Bien que les intervalles étaient assez long, il était assez dur pour elle de retrouver une certaine raison.

Amani vint alors à se rapprocher pour venir prendre notre demoiselle dans ses bras, afin de lui faire un câlin. Hanako ne fit que se laisser faire, pleurant encore plus, serrant alors Amani dans ses bras pour pleurer sur son épaule, le front contre celle ci. Cela devait aussi être dur pour Amani. Devait supporter l’état émotionnel d’Hanako devait être irritant ? C’est ce que pensait notre Hanako, mais non… Elle avait tord, Amani lui releva le visage essuyant même les larmes qu’elle avait et qui coulaient. Ne sachant pas comment réagir, elle n’avait pas la force de détourner le regard, pas la force de dire le moindre mot non plus. Tout ce qu’elle pouvait faire pour le moment était d’écouter ce qu’Amani avait à lui dire. Apparemment elle voulait savoir ce qui lui arrivait, cela lui rappela la réaction de son père quand il découvrit qu’Hanako souffrait de schizophrénie. Les mots d’Amani touchèrent Hanako, cette dernière qui avait eut l’envie de partir, se demandait comment elle avait put oublier sa famille. Après les paroles de la demoiselle, Hanako n’avait plus le courage de la regarder droit dans les yeux, les larmes venant à reprendre le chemin de ses joues pour tomber au sol. Hanako arriva alors à prendre parole.

« Pa… Pardon… Les voix… Je… Je n’arrive plus à les… Supporter... »

Bien qu’elle sanglota, elle reposa son front contre l’épaule d’Amani, ne sachant pas vraiment les mots à employer, Hanako était de ses personnes qui avaient du mal à communiquer, facilement intimidable, bien qu’elle pouvait arborer une froide expression au par avant, son arrivée ici l’avait complètement changée. Elle c’était fragilisée, peut être qu’elle n’y était pas préparée ? Mais elle se devait de faire des efforts, c’était peut être cela aussi qui l’avait abattue si bas. Hanako ne voulait plus bouger pour le moment, Amani était là, elle voulait la soutenir. Ce qui était réconfortant. Il était rare qu’Hanako puisse faire confiance à quelqu’un. Hanako reprit à nouveau parole.

« Elles sont… Incessante… Violente… J’ai… J’ai peur... »

Les voix qu’Hanako entendaient lui avaient toujours fait cette effet là. Hanako avait peur des voix qu’elle entendait, de leurs violence aussi. Mais pas seulement, d’autres éléments pouvaient jouer. Sur le coup là à l’heure actuel. C’était son sentiment de solitude qui l’avait poussé à cela. Le fait qu’elle n’ai pas d’amis était dur. Mais là… Hanako pouvait avoir un peu moins peur. Amani était présente. Et voulait la soutenir.
Invité
Invité
Lun 29 Mai 2017 - 22:59
Une nuit parfaite pour...
Je serais toujours là...
Ne sachant pas quoi faire d'autre, la seule chose que je pouvais faire était la serrer dans mes bras, pour la réconfortée. Mais justement, sa voix brisa le silence.

« Pa… Pardon… Les voix… Je… Je n’arrive plus à les… Supporter... »

Des... voix ? Je me stoppais net suite à cette phrase. De la... schizophrénie ? Je n'en étais pas sûr, mais je ne voulais pas aborder le sujet. Cela devait être assez douloureux pour elle, je ne préférais pas enfoncer le couteau dans la plaie. cette révélation me choquais au plus haut point. Depuis que je suis dans la même chambre qu'elle, je n'avais jamais rien remarquer. Elle semblait toujours être la fille parfaite mais un peu renfermée pour moi. Je me mettais le doigt dans l’œil... Elle ne avait gros sur le cœur et ne le disait à personne, elle gardait toujours tout pour elle.
Au fur et à mesure que je réfléchissait, mes bras se renfermaient de plus en plus sur elle. Une sorte de réflexe, je suppose.

« Elles sont… Incessante… Violente… J’ai… J’ai peur... »

Elle souffrait. Je le sentais rien qu'en la touchant. Je détestais voir les gens comme ça, alors que je peux les aider. Mais tout ce que je pouvais faire, c'est lui donner tout le soutien possible.
Je me relevais avec elle, et la prenais dans mes bras. Je sentais les larmes me venir aux yeux.

"Ne t'inquiète pas, moi vivante, plus jamais tu ne seras seule. JAMAIS."

J'attendais un instant avant de reprendre la parole.

"Et n'essaye plus jamais de te suicider, la prochaine fois, je ne te sauverais pas. La vie vaut la peine d'être vécu. Tu s un avenir devant toi. Et puis, pense à ta famille. Si tu étais morte, qu'est-ce qu'ils auraient dit ?"
(c) sweet.lips
Invité
Invité
Jeu 3 Aoû 2017 - 18:52
L’étreinte d’Amani sembla se resserrer légèrement, Hanako ne pouvait que verser ses larmes, c’était beaucoup pour elle d’avoir réussis jusqu’à maintenant. Et ceux en se sentant seule, la plus part des gens qu’elle avait connus continuaient leurs vies. Peut être que ses gens l’avaient complètement oublié, ça aussi c’était un poids pour notre jeune Hanako. Un poids lourd et douloureux. La fille distante et discrète avait certes énormément de souffrance en elle, chose que nul n’avait réellement remarqué. Voir même jamais vu. Pour la première fois elle craqua autant devant une autre personne que son père. D’ailleurs celui ci serait sûrement à tenter de l’arrêter de pleurer en faisant des phrases amusantes et rassurantes. Mais Amani elle, c’était de sa sincérité qu’elle aidait. Et de son affection. Certes elles n’avaient pas beaucoup parlaient malgré qu’elles soient dans la même chambre. Après tout Hanako était une fille fort renfermée qui ne savait pas s’y prendre avec les gens, ni même répliquer par moment. Timide, discrète. Avant elle aurait put être froide avec les gens pour ne plus être approchée, mais se système avait été bien inutile. La musique était un remède aussi pour elle, mais là n’était pas le moment de l’écouter, là le moment était de pleurer de sortir ce qui n’allait pas.

Amani l’avait bien saisit, l’annonce qu’elle fit, le fait qu’Hanako ne serait plus seule, c’était touchant, cela affectait la demoiselle dans le bon sens du terme. Nos deux jeunes demoiselles semblèrent se relever, Amani déclarant qu’elle ne voulait plus qu’elle refasse une tentative comme celle là. C’était tout aussi à se moment que notre douce Hanako comprit qu’elle pouvait faire confiance à une personne. Et cette personne n’était autre qu’Amani, celle ci avait dû avoir peur pour elle. Si Hanako serait morte sous ses yeux ? Non… Mieux valait ne pas y penser, Hanako resta à pleurer contre Amani, un long moment même, sans dire un mot. La nuit allait sûrement se finir par aller au lit d’épuisement, car les deux demoiselles avaient eux un moment fort d’émotions. Sur le chemin sûrement qu’elles auraient discutées un peu de ça et d’autres choses, afin qu’Hanako ne pensent plus à ses voix. Une méthode pour la calmer peut être ? Qui sait.


(Sujet finis ! Amani par mp on verra ce qu'elles auraient put se dire sur le chemin de retour vers la chambre. Si tu es d'accord ?)
Contenu sponsorisé

Une nuit parfaite pour... [Libre]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: